Le confinement a été l’occasion pour de nombreux travailleurs de reconnaître que leur logement n’était plus adapté à ce nouveau mode de vie : télétravail, respect des gestes barrières, nécessité d’isolement. Les logements neufs devront-ils prendre en compte ce nouveau fonctionnement ? Quel sera l’avenir du logement, comment va-t-il évoluer après le confinement ?

La crise sanitaire aura-t-elle un impact sur la construction ?

Les promoteurs immobiliers reconnaissent que le Covid-19 a imposé de revoir entièrement nos rapports au travail, à la mobilité, à la consommation, etc. Les liens se tissent désormais en solidarité, en proximité, en circuit court. Cette nouvelle approche impactera nécessairement l’habitat et, plus globalement, l’urbanisme. Les logements actuels, anciens ou neufs, ne permettent pas la modularité nécessaire, en période de confinement, au télétravail et à une vie plus cloîtrée.

Le logement neuf doit évoluer pour tenir compte de deux aspects :

  • offrir un espace extérieur, quel qu’en soit la forme : balcon, jardin, espace vert partagé,
  • donner la possibilité de moduler l’espace intérieur selon les besoins : télétravail, isolement, convivialité.

Bien sûr, ces nouveaux logements doivent se situer à proximité des infrastructures, des services et des commerces pour limiter ou raccourcir les déplacements.

Comment et où les gens vivront-ils à l’avenir ?

Déjà au Moyen Âge, la construction en hauteur était une solution pour les villes, qui avaient de plus en plus d’afflux de personnes qui n’avaient pas la possibilité de vivre dans les champs. L’Immeuble d’assurance habitation de 10 étages et d’une hauteur de 42 mètres, construit à la fin du XIXe siècle à Chicago, est considéré comme le premier immeuble de grande hauteur moderne au monde. Ce n’est que grâce à des techniques inventées au début du XXe siècle, comme la construction à ossature d’acier ou l’ascenseur, qu’il a été possible de construire des bâtiments nettement plus hauts. Aujourd’hui, le Burj Khalifa est le plus haut gratte-ciel du monde avec ses 828 mètres. Cependant, comme beaucoup de gratte-ciel aujourd’hui, c’est plus un objet de prestige qu’une solution pour vivre dans les villes.

À l’avenir, il ne sera pas possible de construire à l’infini en hauteur ou en largeur, ce qui signifie que les zones déjà développées seront simplement construites de manière plus efficace. Toutefois, les parcs et espaces verts existants doivent rester disponibles. Les zones à développer sont plutôt des friches et des espaces entre bâtiments, ainsi que des biens immobiliers inutilisés qui sont soit convertis, soit remplacés.

Non seulement les idées de développement de bâtiments respectueux de la nature, mais aussi les nouveaux matériaux de construction sont en progression. Les scientifiques veulent développer un matériau qui a les propriétés de l’acier tout en restant flexible. L’un des résultats est la tige technique, qui est basée sur le bambou. C’est un matériau de construction tissé et imprégné, qui est très léger mais néanmoins extrêmement stable. Un autre développement est la peinture murale qui ne prend pas la saleté, qui est copiée de diverses feuilles dans la nature, auxquelles ni l’eau ni la saleté n’adhèrent, mais qui s’enlèvent simplement au rouleau.

Il existe également de nouvelles idées pour vivre dans des maisons conceptuelles, par exemple, il y a les maisons à faible consommation d’énergie, qui sont actuellement de plus en plus construites parce qu’elles ont une isolation thermique grandement améliorée. Un autre modèle est la maison passive, qui a mis au point une combinaison de ventilation, d’isolation et d’énergie solaire. Une étape au-dessus est la Maison de l’énergie plus, qui a les mêmes caractéristiques que la maison passive, mais qui en plus libère l’énergie excédentaire pour la réinjecter dans le réseau électrique.

Comme dans toute région en développement, il y a des idées et des visions. Par exemple, les maisons flottantes, qui ont été développées aux Pays-Bas. Ces maisons s’élèvent avec l’inondation, de sorte qu’aucune eau n’entre dans la maison. Dans le tiers monde, les gens sont devenus créatifs et utilisent comme matériau de construction des bouteilles d’eau jetées qu’ils remplissent de terre et de gravats. Les bouteilles remplies sont posées les unes sur les autres et fixées avec du mortier. Les maisons ainsi construites devraient pouvoir résister à des tremblements de terre moyens.

Dans l’avenir, un logement évolutif pour de nouveaux besoins

Une étude réalisée pendant le premier confinement a montré que les Français privilégient maintenant la présence d’un espace extérieur dans leur recherche de logement.

Certains promoteurs prennent cette nouvelle demande en compte, en intégrant un espace extérieur privé dans leurs programmes immobiliers futurs.

Il peut s’agir d’un espace privé ou d’un espace partagé, ce dernier répondant à l’attente de lien social renforcé.

Autre piste d’évolution, le « sans contact » est de plus en plus intégré aux nouveaux programmes collectifs, pour éviter de toucher les interrupteurs ou les poignées de porte dans les espaces communs :

  • motorisation,
  • ouverture automatique,
  • allumage automatique,
  • ascenseur connecté.

Les logements futurs proposeront aussi, de façon systématique, un espace bureau intégré et l’évolutivité des pièces avec un système de cloisons amovibles.

Évidemment, plus un seul logement neuf ne sera vendu sans une connexion WiFi. Internet devient incontournable avec le télétravail, mais aussi en période de confinement.

Pour conclure, l’habitat devra, dans un avenir très proche :

  • favoriser l’insertion,
  • limiter l’utilisation des ressources naturelles,
  • s’adapter aux bouleversements climatiques et,
  • démontrer sa résilience post-catastrophe.

Le logement connecté, l’avenir de l’immobilier

Une vision de l’avenir

On le sait, les acquéreurs de demain rechercheront de plus en plus de confort et de bien-être au sein de leurs logements, attendant une interaction totale et intuitive avec leur environnement.

Les professionnels du secteur immobilier et tout particulièrement les promoteurs ont bien saisi cette attente grandissante et mette aujourd’hui tout en œuvre pour satisfaire leur clients de demain.

Des applications concrètes

Ainsi un groupe immobilier connu a dévoilé récemment ses projets d’avenir suite au prestigieux salon CES de Las Vegas orienté sur l’innovation et les nouvelles technologies. Au cœur même de ce projet on retrouve trois innovations majeures abordées par le groupe, toutes centrées sur l’interconnexion des objets de la maison mais aussi des objets de notre quotidien.

On retrouve entre autre :

  • Une boîte aux lettres à la fois partagée et connectée qui permet aux habitants d’y déposer des objets à livrer ou d’y récupérer des colis volumineux en évitant l’étape des bureaux de postes ou autres points relais.
  • Plus qu’une lumière d’intérieur, le système diffuse un éclairage faisant varier les couleurs et les intensités en fonction d’éléments définis par l’utilisateur. Au-delà de sa fonction communicante, le produit propose aussi de créer de véritables ambiances en s’associant notamment aux stores électriques et autres objets connectés de la maison.
  • Un procédé innovant qui relie habilement une visio-caméra, une serrure intelligente et le smartphone de l’utilisateur afin de lui permettre d’ouvrir à distance la porte de chez lui à des personnes dont il autorise l’accès.

Voici donc ce que semble nous réserver l’avenir du logement à travers un environnement hyper-connecté et des services qui répondent toujours le plus efficacement possible à toutes les situations du quotidien tout en offrant un confort maximal aux utilisateurs.