Si avec internet organiser ses vacances et trouver une location saisonnière n’a jamais été aussi facile, les risques pour les propriétaires autant que les vacanciers sont aussi importants. Fausse annonce locative, arnaque à la caution, bien pillé … Quid des arnaques à la location saisonnière. N’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur le site locations-deauville.fr, pour vous informer sur la locations à Deauville.

Les arnaques classiques aux propriétaires

En termes de location saisonnière, l’arnaque à l’argent représente la majorité des arnaques qui touchent les locations entre particuliers. Ainsi, bien que la plupart des vacanciers qui contactent les propriétaires soient réellement à la recherche de logement mis en location pour les vacances, les criminels ont d’autres objectifs. Une des arnaques les plus courantes consiste à transférer sur le compte du propriétaire, une somme supérieure au montant de la location en feignant une erreur. Le locataire demande alors un remboursement de la différence au propriétaire. Celui-ci recevant effectivement une notification de sa banque dudit virement consent généralement à effectuer le remboursement, en liquide dans la majorité des cas. Le virement effectué par le locataire étant toujours sans provision, il est alors annulé par la banque, dans les jours qui suivent. Le montant de la location étant perdu pour le propriétaire.

Les arnaques à l’identité sont également très courantes. Ici, les cybercriminels usurpent l’identité du propriétaire, utilisent toutes les informations relatives au bien mis en location, photos, localisation,… Mais donnent les informations les concernant pour recevoir les paiements. Il y a aussi le « pishing » qui est une technique d’arnaque très courante sur internet. Il s’agit pour les cybercriminels d’envoyer aux propriétaires un « faux » SMS ou mail provenant de l’une des plateformes de mise en relation sur laquelle l’annonce réelle a été postée et de leur demander de se connecter pour des raisons techniques. Dès lors que les informations de connexions sont saisies, les pirates les reçoivent directement et ils sont alors en mesure de se connecter à la place du propriétaire.

Les arnaques aux locataires

Les vacanciers, comme les propriétaires, ne sont pas à l’abri des arnaques à la location. Ainsi, par exemple, suite au paiement d’un acompte qui permet de valider la réservation, le bailleur disparait. Il peut s’agir d’une fausse annonce, souvent, l’adresse donnée dans l’annonce ne correspond pas au lieu indiqué ou d’une usurpation d’identité du propriétaire et dans tous les, le locataire perd sa caution. Il peut aussi arriver qu’une fois sur les lieux, le vacancier trouve le logement qu’il pensait avoir loué pour les vacances, déjà occupé.

Les indices pour reconnaître une arnaque et les éviter

Que vous soyez propriétaire ou un locataire potentiel, certains signes peuvent vous aider à reconnaitre et à éviter les arnaques à la location saisonnière. Par exemple, si un locataire semble pressé et ne veut avoir aucune autre information mise à part le montant de la location, méfiez-vous car c’est un comportement suspect. De même s’il désire payer de suite la totalité de la location sans avoir discuté du prix, qui est pourtant conséquent. Eviter également les locataires qui ne veulent pas de contrat ou d’état de lieux ou encore, ceux qui justifient la location par trop de détails, souvent complexes et incohérents.

Du côté du locataire, la méfiance est aussi de mise par rapport aux biens mis en location à des prix trop bas. De même, éviter les propriétaires qui refusent catégoriquement les visites préalables parce qu’ils sont en voyage à l’étranger, par exemple. Par ailleurs, même si les acomptes sont courants, éviter absolument d’envoyer de l’argent, surtout si le destinataire se trouve à l’étranger, même si le site est sécurisé. Pour éviter les risques d’arnaques, dans le cas où l’acompte est obligatoire, ne payez jamais plus de 30% et vérifiez d’abord les coordonnées réelles du propriétaire pour échanger directement. Vous pouvez aussi exiger la signature d’un bail en bonne et due forme, avant tout paiement. Enfin, vérifier que le l’hébergement existe bien. Pour cela, vous pouvez utiliser les outils de géolocalisation disponible en ligne ou encore consulter les listes des organismes agréés.