Bien que l’automne ait jusqu’à présent montré son côté doux, les systèmes de chauffage fonctionnent déjà à nouveau dans de nombreux foyers. La majorité des consommateurs trouvent généralement qu’il fait trop froid, surtout le soir. Mais que peuvent faire les locataires s’ils augmentent le chauffage mais qu’il ne fait toujours pas chaud dans l’appartement ? Et les propriétaires peuvent-ils exiger de leurs locataires qu’ils chauffent leur appartement dans une certaine mesure, éventuellement même pendant leur absence ?

Les propriétaires doivent veiller à ce que le système de chauffage fonctionne

D’après un jugement du tribunal régional de Berlin, les propriétaires ont le devoir de veiller à ce que les systèmes de chauffage de leurs appartements fonctionnent. S’ils ne respectent pas cette obligation, les locataires peuvent envisager une réduction de loyer. Toutefois, cela ne peut être qu’un dernier recours. Pour que le chauffage central puisse fournir une chaleur agréable, les locataires sont tributaires du fait que le propriétaire allume effectivement le chauffage à temps en automne. La plupart du temps, le contrat de location indique quand le chauffage doit être mis en marche. Si le contrat de location ne le précise pas, la période de chauffage s’étend généralement du 1er octobre au 30 avril. Même en dehors de cette période, le propriétaire doit veiller à ce que le locataire soit confortablement au chaud pendant une période de froid : si le chauffage tombe complètement en panne, le propriétaire est obligé de réparer le chauffage, selon les experts de l’ARAG. Si le propriétaire ne peut être joint et que la réparation du défaut ne peut attendre, les locataires peuvent même se servir eux-mêmes dans les cas urgents. Cela signifie qu’il est alors possible de faire réparer le système de chauffage par un artisan aux frais du propriétaire. Toutefois, cela ne s’applique que si le locataire n’est pas responsable de la panne de chauffage.

Nouvelles du droit du bail : les propriétaires sont autorisés à mélanger les déclarations de frais d’exploitation

Une réduction de loyer est possible si le système de chauffage est en panne

En saison froide, il faut s’assurer qu’une température d’au moins 20 degrés Celsius peut être atteinte en chauffant les locaux d’habitation. Dans les salles de bain, 21 degrés Celsius est la limite inférieure. Mais : ces températures ne doivent pas être garanties par le propriétaire 24 heures sur 24, mais généralement seulement entre 18 et 23 heures. Cependant, un jugement du tribunal régional de Berlin (AZ : 64 S 266/97) stipule que même la nuit, la température ambiante doit être d’au moins 18 degrés Celsius. Si un propriétaire tombe en permanence bien en dessous de ces valeurs minimales, il y a une raison de réduire le loyer. Les locataires doivent néanmoins donner à leur propriétaire la possibilité de remédier au défaut dans un certain délai. Il est toujours conseillé d’essayer de trouver une solution à l’amiable avec le propriétaire avant de réduire le loyer, faute de quoi le logement sera définitivement déséquilibré. Toutefois, si le propriétaire ne répond pas à l’avis de défaut, le locataire a la possibilité de réduire le loyer ou de payer le montant total avec réserve. Le tribunal régional de Francfort (AZ : 2/17 S 315/99) a décidé à cet égard qu’une réduction de loyer allant jusqu’à 15 % est autorisée si le chauffage central du logement peut être allumé à 18 degrés Celsius au maximum. Existe-t-il une obligation de chauffage pour les locataires ? Enfin, la question demeure de savoir s’il existe une obligation de chauffage pour les locataires ou si ceux-ci peuvent décider librement s’ils chauffent le logement et dans quelle mesure. En principe, il faut savoir que si aucune obligation de chauffage correspondante n’a été convenue avec le locataire dans le contrat de location, celui-ci n’a pas l’obligation générale de chauffer pendant la période de chauffage. Par conséquent, chaque locataire peut décider lui-même dans quelle mesure il chauffe son appartement.

Droit du bail en vigueur : lorsqu’une résiliation sans préavis est valable

Anyway, des limites doivent être fixées à cet égard. En effet, le locataire doit veiller à ce que son comportement de chauffage n’entraîne pas de dommages au système de chauffage. Il doit donc veiller à ce que les conduites d’eau ne gèlent pas et ne soient pas endommagées à basse température. En outre, les locataires doivent veiller à ce qu’aucune moisissure ne se forme en ne chauffant pas.